Conférence

Beautés du corps

Hélène Gugenheim, David Le Breton, Amanda Wachob - 16 janvier 2020
Université PSL

La chaire de recherche « Beauté(s) », avec le mécénat de L’Oréal, crée un écosystème scientifique dédié à une réflexion interdisciplinaire sur la notion de beauté. Le caractère a priori insaisissable de la beauté constitue pour les chercheurs un terreau dynamique pour questionner nos représentations culturelles, civilisationnelles ou géographiques.

Pour sa deuxième conférence, la Chaire Beauté(s), portée par l'Université PSL, investit le Conservatoire National Supérieur d'Art Dramatique de Paris et invite trois « savants du corps » - une tatoueuse, une performeuse, un chercheur - à confronter leurs visions singulières sur les récits que peuvent produire les corps.

Invités :

  • Hélène Gugenheim est autrice, performeuse. Diplômée de l’École du Louvre, elle est devenue ensuite journaliste au sein du magazine Métiers d’art. Elle rencontre de nombreux artisans d’art, des savoirs-faire, des gestes, des matières. C’est à cette époque qu'elle découvre le kintsugi, méthode japonaise de réparation des porcelaines dont elle s'inspirera pour sa performance Mes cicatrices, je suis d'elles entièrement tissé-e dans laquelle on applique de l'or sur des cicatrices en signifiant la valeur de ce mélange de force et de fragilité qui nous fait être vivant. Ses propositions agencent des mots et des corps pour faire exister plusieurs vérités, intimes et incarnées.
  • David Le Breton est Professeur de sociologie à l’Université de Strasbourg, membre de l’Institut Universitaire de France et membre de l’Institut des Etudes Avancées de l’université de Strasbourg (USIAS). Il est notamment l'auteur de Anthropologie du corps et modernité (PUF), Disparaitre de soi. Une tentation contemporaine (Métailié), Marcher. Eloge des chemins et de la lenteur (Métailié), ou récemment de Rire. Une anthropologie du rieur (Métailié).
  • Amanda Wachob est une artiste basée à New York qui est internationalement connue pour son travail novateur et conceptuel sur le tatouage. Elle a réalisé des projets avec le Metropolitan Museum of Art, le New Museum, le Museum of Arts and Design, le Clyfford Still Museum, le Museum of Contemporary Art Denver et The Whitney. Pionnière dans le mouvement du tatouage à l'aquarelle, elle comble activement le fossé qui existe entre le tatouage et les beaux-arts. En 2015, Amanda a été nommée l'une des 50 personnes les plus créatives au monde par l'agence AdAge. Elle expose ses œuvres dans les galeries et les musées du monde entier.